Direction le Wyoming

Cette fin de semaine, j’avais décidé de m’isoler dans le bois ! Bon, pas totalement sauvage non plus, quoique… j’ai passé quelques heures avec les tamias pour seuls compagnons dans ma marche solitaire.

Et bien sûr, il me fallait de la lecture pour la soirée. Comme d’habitude, avant chaque départ, question suprême : quel livre se prêtera le mieux à l’humeur du voyage ?

Réponse facile dans ce cas-là, je venais de recevoir le dernier Craig Johnson ! Des étendues du Wyoming aux arbres du Parc national de la Mauricie, il n’y a qu’un pas, enfin presque.

À vol d'oiseauWalt Longmire n’est pas au travail. Et il préférerait probablement y être ! Parce que trouver un lieu idéal dans la réserve pour le mariage de sa fille Cady n’est pas chose aisée. Alors qu’il cherche l’endroit parfait avec son meilleur ami Henry Standing Bear, il assiste à un étrange suicide d’une mère portant son bébé. L’affaire dépend de la police tribale, mais la nouvelle chef est très jeune et pourrait bénéficier de l’expérience de Walt. Le voilà donc embarqué dans une enquête, qui, comme d’habitude, le dépasse, mais qu’il sera assez buté pour mener jusqu’au bout.

À vol d’oiseau n’est peut-être pas le meilleur de la série Longmire. Mais quand on aime, on pardonne tout ou presque ! Les faiblesses d’abord, comme une intrigue un peu légère peut-être avec cette jeune femme à l’apparent suicide, qui se révèle bien sûr un meurtre déguisé. Les enquêteurs se promènent de suspect en suspect, mais leur avancée ne m’a pas convaincue. Et puis il y a tous ces personnages absents et qui m’ont manqué : Vic (partie suivre un séminaire de relations publiques !), Ruby, les adjoints, Cady et tous les autres. Mais bon, c’est de la fidélité à outrance.

J’ai retrouvé quand même dans cet opus ce que j’apprécie de Craig Johnson. En premier lieu, l’humour, à la fois noir et décalé, surtout dans les dialogues, qui fait qu’on sourit, même en étant seule dans un bistrot de Mauricie, en se retenant un peu pour ne pas avoir l’air bizarre.

J’aime aussi toujours autant cette manière qu’il a d’alterner légèreté et moments plus dramatiques ou presque poétiques ; sa description de la vision de Walt après qu’il a consommé du peyotl par exemple ou encore la vigie de Chien auprès du bébé blessé. Enfin, ses romans font chaque fois un portrait très humain d’une population, d’une manière de vivre, marquée par les éléments et la nature du Wyoming. On se retrouve entre traditions et modernité, où le diable bat sa femme lorsqu’il va pleuvoir, où certaines voitures n’ont ni clés ni marche avant, mais où la famille passe avant tout, surtout quand on marie sa fille.

Donc en résumé, pas le meilleur Craig Johnson, mais on prend toujours plaisir à retrouver Walt Longmire et sa bande et, avec eux, les grands espaces américains.

Craig Johnson, À vol d’oiseau, Gallmeister, 2016 (As the Crow Flies, 2012) traduit de l’anglais par Sophie Aslanides.

Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes : , ,

You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :