De retour du Bas-du-Fleuve

Je reviens d’une fin de semaine parfaite, comme chaque année, bien sûr. Aller à Saint-Pacôme, c’est aussi retrouver les amis le temps d’un week-end d’automne, que demander de mieux ?IMG_1049

Et puis, on sentait une effervescence supplémentaire cette année, la volonté d’être plus actifs et d’offrir plus d’événements.

L’après-midi a débuté par un hommage à Jacques Mayer, le fondateur de la Société du roman policier de Saint-Pacôme, qui est décédé il y a quelques semaines. On y présentait son premier livre, qu’il n’aura malheureusement pas eu l’occasion de voir, intitulé Le retraité qui voulait écrire un polar. Les discours se sont succédé, tous touchants, même pour moi qui n’avais fait que croiser l’homme. L’ambiance était à l’émotion, mais certainement pas à la tristesse et nous avons continué sur le thème qui nous réunissait avec une discussion sur le meilleur polar du monde. Vaste débat, me direz-vous, mais on a de l’ambition à Saint-Pacôme. Des lecteurs et des auteurs avaient envoyé dans les semaines précédentes des listes de cinq titres. Norbert Spehner les a compilées et nous avons pu échanger nos points de vue. Résultats des votes : Les dix petits nègres d’Agatha Christie est le polar qui semble avoir le plus marqué les esprits. Il n’est peut-être pas le meilleur, mais il a certainement été lu par le plus grand nombre et nous avons tous été bluffés dans notre enfance par la solution apportée par la Dame du polar.

IMG_1036La suite de l’après-midi a été encore plus animée avec un quiz. Deux équipes de quatre personnes se sont affrontées pour répondre aux questions préparées par les organisateurs et posées par Éliane Vincent. Les auteurs présents n’avaient pas eu le choix de se joindre au jeu : Luc Chartrand, Guillaume Morrissette et Anna Raymonde Gazaille ont dû prouver qu’ils avaient bien leur place dans le monde polar ; le président d’honneur, Marcel Leboeuf, a lui aussi participé. Le tout dans la bonne humeur et avec beaucoup d’humour.

Il ne restait plus qu’à se préparer pour le gala. La salle avait été décorée pour nous rappeler les traversées en Orient-Express et l’omniprésente Agatha Christie et nous avons effectivement beaucoup voyagé, des steppes mongoles aux territoires palestiniens en passant par chez nous, à travers les livres qui ont été récompensés ce soir-là :

— Prix Saint-Pacôme du premier polar : L’affaire Mélodie Cormier de Guillaume Morrissette (Guy Saint-Jean)

— Prix coup de cœur : L’affaire Mélodie Cormier de Guillaume Morrissette (Guy Saint-Jean)

— Prix international du roman policier de Saint-Pacôme : Les temps sauvages de Ian Manook (Albin Michel)

— Prix Saint-Pacôme : L’affaire Myosotis de Luc Chartrand (Québec-Amérique)

Les gagnants, hormis pour l’étranger, étant présents, ils ont pu remercier eux-mêmes le jury et leurs lecteurs. J’ai été pour ma part très heureuse de monter sur scène en compagnie de Dominique Lemieux, le directeur général des Librairies indépendantes du Québec, pour annoncer le premier prix international. Ian Manook le méritait amplement.

Il était temps de terminer la soirée après toutes ces émotions et ces rencontres. J’en ai profité pour regarder les étoiles sur le porche de la petite maison qui m’accueillait, en compagnie de Milord le chat, elles sont tellement plus lumineuses que dans le ciel de Montréal. Un week-end parfait, je vous assure.

Il a fallu repartir le lendemain, en se disant qu’on se croiserait sûrement bientôt, ici ou là, puisque nous avons tous une passion commune, le polar. J’ai de mon côté pris les chemins de traverse et en allant voir le fleuve pour ne pas rentrer trop vite. C’est quand l’année prochaine ?

Et pour finir en souriant, voici la vidéo que Ian Manook a eu la gentillesse de nous envoyer pour la remise du prix.

Saint Pacôme from Françoise Manoukian on Vimeo.

Explore posts in the same categories: News

Étiquettes : , , , ,

You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

One Comment sur “De retour du Bas-du-Fleuve”

  1. Éliane Vincent Says:

    Très chère Morgane

    La remise du Saint-Pacôme est une occasion formidable de revoir les amisdeloin. Merci pour l’amitié et les reportages en direct!

    Ian Manook a été d’une parfaite gentillesse en préparant cette vidéo. Son message empreint d’amour pour le Québec (livre!) nous a beaucoup touchés et j’en profite pour le féliciter de son prix et le remercier de sa délicatesse. Il est sûrement abonné à ton blogue!

    En terminant, tu demandes c’est quand l’année prochaine? C’est quand tu veux, sous la neige ou en été, les pieds dans le fleuve et la tête dans les étoiles. Nos bras sont ouverts et il y a un BBQ qui vous espère!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :