Coup de gueule et coup de coeur

La fille n’est pas contente !

Je sais que je devrais m’y attendre et m’habituer avec le temps. Mais j’estime que ma capacité à continuer de m’indigner est un signe de ma bonne santé mentale ! Non, mais c’est vrai quoi, en 2014, avoir des discours pareils montre un manque de culture incroyable.

De quoi je parle ? Du nouveau livre de chez First, La littérature française pour les nuls. Vous pensez bien qu’on s’est empressé de le feuilleter à la librairie et il n’a pas tenu deux minutes d’examen. Mon collègue spécialiste de Gary y a vu des erreurs à l’entrée sur l’auteur en question. Pour ce qui est des Québécois, il faudrait que l’éditeur remette ses infos à jour : Michel Tremblay a déménagé du carré Saint-Louis et cela lui a laissé le temps d’écrire beaucoup plus qu’une dizaine de romans. Quant à Réjean Ducharme, le titre de son livre est Océantume et non Océan toume. Mais bon, on s’entend, hein, le Québec est bien loin de Paris, qu’est-ce qu’on s’en fout !

Mais si j’en parle ici, c’est pour l’entrée polar, bien sûr ! Qui s’appelle dans les circonstances Rompol. Je sais bien que Fred Vargas a inventé le mot, mais il me semble bien peu utilisé. J’ai dû l’expliquer à mes collègues qui sont pourtant très compétents, je vous l’assure. Passons ce détail pas très important, parce que ça ne s’arrange pas et je cite :

« Le roman policier se porte bien. Ses lecteurs aiment le suspense, fuient les contorsions stylistiques, adorent comprendre du premier coup tous les mots et toutes les phrases de la page qu’ils lisent. Ils découvrent avec une gourmandise d’enfant les indices que sème astucieusement un auteur aussi futé que le Petit Poucet du conte avec ses petits cailloux. L’attente de la surprise finale – le nom du coupable, toujours le même, celui qu’on n’aurait jamais soupçonné ! – est un délice ; ils s’en délectent. »

Bon, je ne suis pas certaine d’avoir bien compris ; après tout, je suis une lectrice de polar ; mais je crois bien que mon intelligence vient d’être insultée.

Des auteurs cités par la suite ? Bien sûr ! Dans la même catégorie : De Villiers, Daeninckx et Izzo, parce que ça se ressemble, c’est sûr ! Et les contemporains ? Guillaume Musso, Maxime Chattam et Jean-Christophe Grangé. Parfait, ça fait le tour de la question, non ? (C’est de l’ironie, je spécifie si vous n’aviez pas compris, lecteurs limités que vous êtes !)

Par où je commence après avoir hurlé ? Il me semble que Jean-Joseph Julaud, l’auteur de l’ouvrage en question, a de la lecture en retard côté polar. Ça et qu’il prend le lecteur du genre pour un abruti illettré !

Je comprends bien que c’est pour les nuls, mais ce n’est pas la peine d’avoir ce ton de copain qui sait mieux que toi, mais qui a la gentillesse de t’expliquer.

M’énerver ne sert à rien, je ne peux pas y faire grand-chose. Je peux quand même en parler comme blogueuse et conseiller (ou déconseiller dans ce cas) en tant que libraire. Et peut-être que des lecteurs de polar vont lire mes phrases, même si elles ne racontent pas une histoire avec du suspense et un coupable dénoncé par les miettes du petit Poucet.

Mais heureusement, il y a…

Sur une note beaucoup plus positive et parce qu’il y a des amateurs éclairés du genre, c’était la semaine de la carte blanche à Carnets Noirs à Mission encre noire ! Un menu copieux cette fois-ci puisqu’Éric et moi avons parlé de quatre romans.

De son côté, c’était 100 % football avec Rouge ou mort de David Peace chez Rivages et Jeudi Noir de Michael Mention aux éditions Ombres Noires. Il m’a même donné envie de les lire et pourtant, je n’aime vraiment pas le ballon rond !

Et pour moi, voyage à l’étranger. Première étape en Australie avec La promesse de minuit de Zane Lovitt dans la nouvelle collection polar du Mercure de France. J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce roman construit comme un recueil de dix nouvelles qui nous parle de la lente descente vers le pire d’un privé qui se fera un jour cette promesse de minuit. Zane Lovitt a une manière originale de raconter ces histoires et une écriture qui correspond parfaitement à son récit. Ses enquêtes flirtent parfois avec l’humour noir quand elles ne sont pas d’une tristesse sans fin sur l’âme humaine. Mais la rédemption est peut-être possible, qui sait. Une belle découverte, faite par hasard lors de la venue de l’éditrice à Montréal.

Et puis, il me fallait bien reparler du Kobra de Deon Meyer; quand on aime, on ne compte pas !

Tout cela en écoute sur Mission encre noire !

mission encre noire mini

Explore posts in the same categories: Entrevues et médias, Réflechissons un peu

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

4 commentaires sur “Coup de gueule et coup de coeur”

  1. Richard Says:

    Coup de gueule tout à fait mérité ! Mais quelle ineptie … qui mérite le pluriel … Alors, je me reprends, quelles inepties !
    En espérant que pas trop de « nuls » se feront prendre !

  2. belette2911 Says:

    Put*** de bor*** de Dieu ! Pourquoi diantre les gens pensent-ils que les amateurs de polars / romans policiers ont deux mots à leur vocabulaire et un cerveau aussi poussif que celui d’un gant de toilette ??

    Je veux des mots relevés, moi, pas de ceux qu’on trouve dans un livre pour enfants de 6 ans ! Non, je ne veux pas de la facilité, même si de temps en temps, ça repose.

    Je veux de la profondeur dans les personnages, dans l’histoire et toussa toussa.

    Bref, je vois que nous sommes encore le parent pauvre de la littérature:/

  3. Éliane Says:

    Indice numéro un : la section polar est intitulée rompol, cet éminent essayiste doit connaître Fred Vargas…
    Indice numéro deux : il connaît Fred Vargas, il doit bien l’avoir lue…
    Indice numéro trois : il l’a lue et il décrit les amateurs de polar comme de doux débiles.

    Conclusion du petit Poucet : cet essayiste est un abruti.

    Réflexion philosophique connexe : certains comiques très riches de mon pays s’apprêtent à construire un club Med sur les pentes du massif de la petite rivière Saint-François. L’enfer au paradis. Il y a des abrutis partout.

    • Morgane Says:

      Tu le sais, Éliane, la bêtise n’a pas de frontière! Ils le savent que, dans ton coin, y’a plein de lecteurs qui lisent du polar? Parce que ça pourrait vous donner des idées🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :