Harry Hole de retour à Oslo

Quand ça ne va pas côté lecture, que je me traîne d’un bouquin à l’autre comme une âme en peine, il y a toujours quelques noms en solution. Jo Nesbø est l’un d’entre eux. Ça marche à tous les coups, 550 pages, deux jours et une lectrice emballée.

FantômeÀ la fin du Léopard, on avait laissé un Harry Hole plus fragile encore, parti se réfugier une fois de plus à Hong Kong pour que ceux qu’il aime puissent vivre en paix. Dans Fantôme, il a pourtant sauté dans un avion dès qu’il a appris la nouvelle: Oleg, le fils de Rakel, celui qu’il considère presque comme son propre enfant, a été arrêté pour le meurtre d’un dealer. Selon les flics, il s’agirait simplement d’un règlement de compte entre deux drogués. Ils ont retrouvé Oleg proche du crime, shooté jusqu’aux yeux et de la poudre sur les mains.

Harry ne veut pas y croire, Oleg ne serait pas capable de ça. Il va donc partir en chasse et découvrir le nouvel Oslo de la dope. L’héroïne est en train de disparaître au profit d’une substance de synthèse appelée fioline, plus addictive et moins destructrice que d’autres drogues. À la tête de ce trafic, un homme surnommé Dubaï que personne n’a vu et qu’il ne fait pas bon affronter. Mais Harry s’en fout, il fera ce qu’il pourra pour sortir Oleg de prison.

Il n’est plus flic et doit compter sur la poignée d’amis qui lui reste, mais cela veut aussi signifier qu’il n’est tenu par aucun règlement. Harry va suivre les différentes pistes et découvrir que sa ville est gangrénée jusque dans le moindre bureau officiel. Son action le confrontera à des ennemis que la situation actuelle satisfaisait parfaitement.

Mais la chose qu’il sait faire, c’est être flic; son unique certitude, c’est qu’il lui faut essayer de rendre la justice: « Je suis resté ce que j’étais », dit-il, «policier. » Et c’est comme ça qu’on l’aime, Hole. Seul et contre tous, avec la vérité comme but ultime.

Et comme d’habitude, c’est parfaitement mené. Dans l’action quand c’est nécessaire, plus réfléchi par moments, assez précis pour nous embarquer immédiatement et pourtant assez vague pour nous perdre. Nesbø est excellent là-dedans; on pense avoir tout compris, avoir dénoué les fils, et BAM, surprise! Et la fin… la fin!!! Je ne dirai rien, lisez donc vous même.

Harry est toujours aussi amoché. Comme dans le précédent, même si le thème n’est pas le même, il va devoir se demander jusqu’où on peut aller pour ceux qu’on aime. Est-ce qu’on doit mettre sa vie en l’air pour ce en quoi on croit profondément? Je n’aurai pas envie de répondre à la question dans ces circonstances.

Il n’y a rien à dire de plus. C’est efficace, construit à la perfection, juste ce qu’il faut, là où il faut. Nesbø est un grand et il le prouve encore.

Jo Nesbø, Fantôme, Gallimard, 2013 (Gjenferd, 2011) traduit du norvégien par Paul Dott.

Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

2 commentaires sur “Harry Hole de retour à Oslo”

  1. dasola Says:

    Bonjour, à la fin de Fantôme, le pauvre Harry est plus que lessivée. Je suis restée comme hébétée. Car si j’ai bien compris, on n’est pas près de revoir Harry de sitôt. Je me demande ce que sera le prochain « Nesbo ». Bonne après-midi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :