Enterrements à la pelle!

Il y a les lectures qu’on attendait, les obligatoires et les complètement par hasard. Quoique, le hasard, des fois, on dirait qu’il s’arrange. Il y a deux semaines, un client vient à la librairie acheter un livre (oui, ok, ce n’est pas original). Nous n’avons pas en stock le titre qu’il cherche, alors il le commande tout en me parlant de l’auteur, Tim Cockey, et de sa série du croque-mort qu’il faudrait donc que je lise. La libraire écoute, un peu trop d’ailleurs, car quand quelques jours plus tard, le client se présente pour récupérer son polar, il constate que ce n’est pas celui qu’il voulait. La libraire était distraite, elle s’est trompée sur sa fiche. Mais que faire de ce Tim Cockey sans droits de retour, seul et abandonné? Pas le choix, la libraire a bon cœur, elle l’achète et le lit. L’adoption est immédiate, le croque-mort est plutôt sympa.

Il s’appelle Hitchcock Sewell et dirige un salon funéraire avec sa tante Billie. Pendant une tempête de neige, lors de la veillée mortuaire d’un cardiologue décédé d’un infarctus, on dépose une serveuse devant la porte. Morte, bien sûr, ce qui fait un peu désordre sur le perron. Comme il se charge de l’enterrement de la demoiselle en question, l’homme décide qu’il est un peu de son devoir de découvrir qui lui laisse des cadeaux intempestifs.

Avec l’aide de sa petite amie, miss météo locale, il visite les bas-fonds et les quartiers huppés pour comprendre le fin mot de l’histoire. On s’en doute, celui-ci sera tortueux, quoique logique, et le mènera dans des méandres un peu compliqués et légèrement dangereux. Un croque-mort, ce n’est pas immortel, ça se fait juste enterrer gratis.

C’est triste, un peu, drôle, beaucoup, bizarre, parfois, c’est bon, quoi. J’aime ça quand les auteurs américains me font du polar humoristique pas trop lourdingue.

Hitchcock Sewell est un héros auquel on s’attache. Croque-mort à l’humour noir qui joue l’organisation des enterrements au cribbage avec sa tante, meilleur ami de son chien Alcatraz, il ne manque pas de cynisme. Pourtant, on sent les blessures de l’homme puisqu’il est orphelin, ayant perdu ses parents dans un accident de voiture lorsqu’il était encore enfant. La mort fait partie de son univers, ce n’est pas pour cela qu’il l’accepte mieux.

Et puis il y a les personnages secondaires. La tante Billie et ses pantoufles roses, Bonnie, la présentatrice météo frustrée par la neige et rêvant d’être une vraie journaliste, Julia, l’ex-femme artiste contemporaine. C’est décidément très féminin autour de notre ami Hitch. Surtout quand on y rajoute Vickie Waggoner, la jolie et attendrissante sœur de la serveuse défunte. Cela risque de se compliquer question cœur.

Le ton est à la fois léger et drôle. Le récit, du point de vue du croque-mort, se fait sur le mode humoristique et on enchaîne les situations cocasses. Pourtant, il y a aussi des parties plus sombres. Vickie et sa soeur ont été élevées par une mère stripteaseuse dans une enfance pas très rose, leurs choix à l’adolescence n’ont pas toujours été les bons. Ce qui permet à Tim Cockey de nous prouver qu’on peut avoir des chances identiques et ne pas s’en sortir de la même manière. La famille du cardiologue n’est pas aussi unie qu’elle le montre et être riche ne soigne pas tout, cela cache simplement la détresse.

Cet équilibre entre humour et thèmes plus sérieux, dialogues pince-sans-rire et situations sordides place ce roman du bon côté des polars humoristiques, ceux qui tombent juste, sans trop ni pas assez. Une bonne dose de plaisir, quoi.

Alors, si je ne le vois pas repasser à la librairie: « Hey, Monsieur client, merci, c’était chouette »

Tim Cockey, Le croque-mort préfère la bière, Alvik (Points pour le format poche), 2004 (Hearse of a different color, 2001), traduit de l’anglais par Claire Breton.

Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes : , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

5 commentaires sur “Enterrements à la pelle!”

  1. Yan Says:

    J’ai justement ce bouquin quelque part dans ma bibliothèque. Je l’avais trouvé il y a quelques années dans une brocante. Le titre m’avait amusé. En tout cas tu viens de me donner envie d’aller y jeter un coup d’œil. Merci Morgane.

  2. Éliane Vincent Says:

    Vais-je donc compter sur le hasard pour mettre ce titre dans ma vie? Oubedon vais-je l’ajouter à ma (trop longue) liste de livres à lire? Qui sait…

  3. Le Client Says:

    Heureux que cette lecture vous ai plût. Ça me donne l’occasion de rembourser un peu mes dettes de lecture auprès des différents libraires qui m’ont recommandé des livres.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :