Carnets Noirs dans le poste internet!

Soyons honnêtes, on ne crée pas un blogue de critiques littéraires uniquement par altruisme, pour propager la bonne nouvelle. Il y a une part d’égoïsme là-dedans, on est bavard et il faut que cela sorte, tant pis pour le lecteur!

Et soyons honnêtes jusqu’au bout, la reconnaissance est nécessaire pour avoir envie de continuer. En même temps, c’est peut-être juste moi qui ai un égo démesuré à nourrir, mais je n’en suis pas si sûre.

Tout cela pour dire que le premier commentaire de lecteur provoque sa grande émotion; quand celui-ci n’est pas un proche, le cœur manque un battement; si c’est un auteur, c’est encore plus flagrant et chaque commentaire qui arrive fait toujours très plaisir.

Non, non, je ne suis pas en train de préparer un discours pour une remise de prix.

Et puis il y a la reconnaissance extérieure et celle-là est particulièrement réjouissante quand on ne s’y attend pas du tout. C’est pour cela que je suis très heureuse d’avoir été invitée à l’émission littéraire animée par Éric Chouan et Hélène Lefranc, Mission encre noire sur CHOQ.FM, la radio de l’UQAM (pour les Français, c’est une des universités de Montréal).

J’ai passé une heure très agréable à échanger avec eux sur le polar, mes activités de blogueuse, mais aussi mon métier de libraire. Ils ont su me mettre à l’aise très vite, leurs questions sont pertinentes et sortent des sentiers battus. Ils ont en plus une connaissance littéraire évidente ce qui leur permet de rebondir rapidement et donne des discussions vivantes. J’ai donc pris beaucoup de plaisir. Je crois que j’aime ça causer dans le poste, moi! Surtout quand je suis accompagnée de deux passionnés très professionnels avec qui le courant est passé tout de suite.

L’entrevue est en ligne, sur le site de l’émission. Et si vous n’avez pas envie de m’écouter (vous avez le droit aussi, quoique mon accent mélangé est assez rigolo), allez vous perdre dans les archives, vous y trouverez de nombreuses critiques et des rencontres avec des écrivains et des éditeurs. La semaine prochaine, par exemple, le sujet touchera à l’actualité puisqu’ils recevront les deux auteurs de l’essai La juste part, histoire de parler du mouvement qui anime le Québec ces derniers mois. Ça se passe le mardi de 18 h 30 à 19 h (19 h 30 avec des invités) et c’est disponible en baladodiffusion. Quand, comme moi, on se plaint souvent de ne pas avoir assez d’émissions littéraires de qualité au Québec, on n’a pas le choix de s’abonner.

Et puis, c’est fou ce que je peux me trouver plus passionnante quand on me décrit que dans la vraie vie. Ma première réaction est de répondre, comme on dit parfois ici, « moi, ça? ».

J’ai des regrets bien sûr, j’ai oublié de parler de plein d’auteurs et du chemin qui m’a menée là. Je ne suis pas une lectrice génération spontanée, j’ai grandi dans une maison envahie de livres. Comme le disait mon père, c’est vrai qu’il m’a mis le juge Ti dans les mains, ma mère y a déposé Daniel Pennac, Fred Vargas. San Antonio, j’ai dû le prendre toute seule sur les étagères. On pourrait rajouter Leo Malet, Scerbanenco, G K. Chesterton et de nombreux autres passés et plus récents. Rendons à César… Je ne me suis pas retrouvée libraire et lectrice compulsive par hasard.

Si vous voulez me donner un prix, il semblerait que mon discours soit fin prêt. Je vous avais prévenu, on écrit un blogue aussi parce qu’on a trop besoin de s’exprimer et un merci de temps en temps ne fait pas de mal.

Allez, à vos podcasts!

Explore posts in the same categories: News

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

8 commentaires sur “Carnets Noirs dans le poste internet!”

  1. Éliane Vincent Says:

    Tu as tout à fait raison : la reconnaissance, c’est bon pour pour les émotions! C’est pourquoi mon p’tit coeur a eu un petit battement supplémentaire en t’entendant parler de Saint-Pacôme dès les premières minutes de l’entrevue. Merci, t’es une vraie amie!

    Et plus important encore, un vrai bravo sincère pour toute la conversation, c’était passionnant. Plus je te connais, plus j’ai envie d’être ta copine, même à 400 km de lointain.

    Quant à San Antonio, j’ai aussi dû le prendre moi-même sur l’étagère, mais mon papi était gentil, il les posait sur une tablette à portée de ma petite main… j’avais 12 ans et la piqûre a été instantanée!

    • Morgane Says:

      Je le dirai toujours, Saint-Pacôme a une place particulière dans mon cœur car vous avez été les premiers. On s’en souvient toujours de sa première fois🙂 Et même si les festivals se multiplient aujourd’hui, Saint-Pacôme a lancé le bal il y a longtemps et a tracé la route du polar québécois.
      Et puis que veut dire la distance, je vis à un océan des miens! Alors 400 km, je veux bien plein d’amis aussi proches.

  2. Richard Says:

    Chère Morgane,

    J’ai écouté cette émission en direct.
    J’ai discuté sur Facebook avec Alice.
    J’ai échangé avec France

    Puis, toi, derrière ton micro, tu as réussi à me toucher !! À m’émouvoir.

    J’ai rencontré plusieurs personnes depuis qu’on se promène dans ce merveilleux monde du polar …
    Et tu demeureras toujours une personne marquante pour moi !

    Et, officiellement, j’ai le grand honneur de te remettre « mon » trophée personnel … de la meilleure libraire … au monde !

    Et évidemment, il y a toujours une bouteille de vin rouge qui t’attend à la maison.

    Amitiés

    P. S. En passant, comme ça, j’aimerais dire bonjour à Norbert et Éliane et vous dire qu’il ne reste qu’un peu plus d’un mois avant le 22 septembre !!!!!!
    Et j’y serai …..

    • Morgane Says:

      Tu dis juste ça parce que j’ai dis ton nom🙂 Merci beaucoup pour les compliments, ils me touchent. Je suis contente que ça vous ai plu autant que ça m’a fait plaisir de le faire. Et j’espère que cela aura réussir à promouvoir au-delà de mon blog, des auteurs, le polar et d’autres blogueurs comme toi. Que la reconnaissance continue.


  3. Je suis flattée de tes commentaires et de cet espace que tu nous consacres sur Carnets noirs. Merci encore d’avoir été avec nous mardi dernier. C’était une très belle rencontre et un souvenir précieux. Tu étais effectivement à l’aise et généreuse. Précieux !

  4. Christiane CARRASSET Says:

    avec San Antonio, j’ai toujours eu un problème, trop de gros mots, trop de sexes ! il n’y en avait pas beaucoup sur les étagères familiales ! seul le sandwich à la berrurier trouve grâce à mes papilles


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :