L’art de la traque

Deon Meyer nous revient avec À la trace, un imposant roman d’un peu plus de 700 pages. Peur des pavés? N’hésitez pas, il en vaut la peine, comme d’habitude avec cet auteur sud-africain que je retrouve toujours avec plaisir.

Le procédé est le même que dans certains de ses précédents livres: différentes histoires qui, on le sait, devront bien se rencontrer à un moment. C’est en plus l’occasion pour les lecteurs qui le suivent de revoir des personnages qu’ils connaissaient déjà.

Milla est une mère de famille d’un quartier plutôt riche. Un jour, elle en a marre, marre des infidélités de son mari, marre de l’irrespect de son fils. Elle fait ses valises et déménage. Elle est embauchée comme documentaliste par l’Agence de Renseignement Présidentielle, une branche des services secrets sud-africains. Ses employeurs sont en alerte, ils surveillent un groupe islamiste et beaucoup de choses semblent bouger soudainement. Milla va être entrainée plus ou moins malgré elle dans cette affaire d’espionnage et de possible attentat.

Lemmer est toujours garde du corps. Il accepte un contrat d’un de ses voisins: accompagner le transfert de deux rhinocéros noirs depuis le Zimbabwe. L’animal est protégé et sa corne peut rapporter beaucoup aux trafiquants. Le voyage ne se fera bien sûr pas sans anicroche.

Mat Joubert n’est plus flic, il vient d’être engagé comme détective privé par une agence. Sa première affaire semble bien calme, un cadre d’une compagnie de bus a disparu un soir sans prévenir. Sa femme souhaite le retrouver. Classique? pas sûr.

Trois histoires, voire même quelques-unes de plus, qui se croisent et se répondent pour finalement se recouper et donner tout son sens au roman. Comme d’habitude, Deon Meyer arrive à tresser son propos sans que l’on ne s’impatiente jamais. On sait que le lien se fera, qu’on va tout comprendre et qu’il suffit de suivre les méandres du récit pour être agréablement surpris.

Il parvient sans nous lasser à toucher à tellement de sujets qu’il est difficile d’en faire la liste. Contrebande de diamants, protection des animaux en voie de disparition, situation politique des voisins de l’Afrique du Sud, terrorisme musulman, tout cela est lié. Là où il y a de l’argent à se faire, des hommes sont prêts à tout surtout au pire. L’intrigue que tisse Deon Meyer est d’ailleurs tout à fait crédible.

L’autre force du roman tient à ses personnages. Ils sont tous travaillés et tout en nuances, que ce soit les principaux ou les secondaires. Lemmer est toujours en combat avec lui-même. Il est parfaitement conscient de la violence larvée qui vit en lui et qui cherche à s’exprimer à la moindre étincelle. Il sait aussi qu’il aime ce que la vie est en train de lui offrir et qu’il ne veut rien perdre. Mat Joubert a quitté la police sans états d’âme, il ne se reconnaît plus vraiment dans ce qui se fait maintenant. En même temps, il n’est pas vraiment certain non plus de pouvoir travailler pour une compagnie privée où les rapports financiers dominent la quête de vérité. Et puis il y a Milla, qui de soumise devient femme libre, prête à prendre des risques pour être sûre qu’elle vit enfin. Le fait que Deon Meyer nous donne à lire son journal nous la rend plus proche et plus intime. Je souhaitais la voir réussir son émancipation soudaine et qu’elle trouve le bonheur.

Si je voulais être vraiment tatillonne, je dirais qu’il y a quelques longueurs, rien de tragique, et peut-être une ou deux situations peu crédibles. Mais au vu de l’ensemble, on finit très vite par l’oublier.

Alors, envie d’ailleurs? Suivez Deon Meyer et vous saurez bientôt tout de la méthode du traqueur, car chacun laisse une trace, qu’il le veuille ou non.

Deon Meyer, À la trace, Seuil, 2012 (Spoor, 2010) traduit de l’afrikaans par Marin Dorst.

Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :