Les politiques corrompus? Sûrement pas

Les élections auront lieu en 2012 en France et au Canada le vote se tiendra dans moins de deux semaines. L’Honorable société vient à point nommé nous rappeler la réalité derrière la façade des campagnes électorales.

Le roman pourrait s’accompagner de la mention : « Les personnages et les situations de ce récit sont fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes est entièrement volontaire.»

Lorsque trois jeunes écoterroristes hackent l’ordinateur d’un flic travaillant pour le CEA, le Commissariat de l’Énergie Atomique, leur but est de connaître les dossiers sensibles en cours et de s’en servir pour leur cause, pas de se retrouver témoins de son meurtre. Mais quand on tombe dans l’illégalité, on ne choisit pas toujours et ils vont être transformé en principaux suspects.

Petrus Pâris et son équipe de la Brigade Criminelle sont chargés de l’enquête sur la mort de leur collègue. Ils refusent de s’arrêter aux premières conclusions évidentes et  trouvent rapidement des liens entre leur victime, les enjeux du nucléaire en France et le principal groupe français de BTP. Ils ne vont pas être les seuls à mener l’enquête puisque le père d’un des jeunes, un ancien journaliste d’investigation va reprendre du service pour aider sa fille. Ajoutons que tout cela se passe entre les deux tours des élections présidentielles et que le principal candidat a des intérêts dans le béton. Les alliances se forment, le pouvoir se partage et se vend au plus offrant, les médias entrent dans la danse. L’idée de justice n’a plus vraiment de sens à ce niveau-là même si quelques flics ont encore envie de la défendre.

Manotti et DOA plantent un décor parfaitement crédible, ils nous confrontent à une situation que nous ne voulons pas toujours voir, la démocratie ne se joue pas seulement au moment du vote et nous ne sommes que des pions face aux jeux de pouvoir. Déprimant? Sûrement mais autant regarder la vérité en face pour mieux l’affronter.

Voilà un polar comme je les aime, utilisant le genre pour décrire la réalité, la dénoncer. Et quand ils se mettent à deux, cela fait mal.

Cela ne suffirait pourtant pas à en faire un excellent roman si la forme n’en était pas bonne aussi. L’écriture est parfaitement maitrisée, le récit équilibré. On passe de l’un à l’autre des protagonistes et se dessine devant nous le schéma de toutes les magouilles politiques et financières de ce monde.  Chaque personnage est crédible dans ses nuances et ses faiblesses et on les suit aussi dans leur vie privée. On plonge dans l’histoire en espérant que tout cela finira bien mais on sait pertinemment que  la vérité est sombre et que pour garder le réalisme, il faudra des victimes. Il est nécessaire de l’écrire et encore plus nécessaire de le lire.

Ma lecture suivante a été plus ou moins par hasard un texte écrit en 1888 par Octave Mirbeau publié chez Allia, La Grève des électeurs. Il s’agit d’un texte publié à l’époque dans le Figaro prônant l’abstention car selon Mirbeau le vote ne sert à rien. On y lit : « Voilà pourtant de longs siècles que le monde dure, que les sociétés se déroulent et se succèdent, pareilles les unes aux autres, qu’un fait unique domine toutes les histoires : la protection aux grands, l’écrasement aux petits. »

Mais toute ressemblance serait entièrement fortuite…

Dominique Manotti & DOA, L’Honorable société, Gallimard, 2011.

Octave Mirbeau, La Grève des électeurs, Allia, 2009.

Publicités
Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

6 commentaires sur “Les politiques corrompus? Sûrement pas”


  1. […] Ils nous aiment, ils nous adorent… Ou pas tant que ça, en fait. Skriban, Fluctuat, Mad’moizelle, Libération ici et là, Unwalkers, Nordyak, Moisson Noire, Le choix des Libraires, France Bleu, 1001 Libraires (suivre Le Frelon Noir), Entre2Noirs, Jeanne Desaubry, Actu-du-noir, Metapo, L’Est Républicain, Plume Libre, France Inter, Point de Vue (N°3270 du 23/03/11), Le Canard Enchaîné (N°4717 du 23/03/11), Couleur 3 (Podcast du 25/03/2011), Noir comme Polar, Le Figaro Littéraire (N°20727 du 24/03/2011), Le Parisien, Polar Hardboiled, Le Monde Magazine (N°20582 du 26/03/2011), Bibliofractale (relayée par Un Polar), Télérama dans le Cercle Polar #67, Technikart (N°151, Avril 2011), Salle 101 ici et là, l’Union, Hannibal le lecteur, Roman Policier, Marianne (N°730 du 16/04/11, et enfin, grâce à eux, je suis devenu un auteur de gauche bien pensant), Mystère Jazz, Polars.org, Carnets Noirs… […]

  2. Éliane Vincent Says:

    Oh! que voilà de superbes lectures, et tant tellement d’adon en cette période de poudre aux yeux électorale… Tu me donnes envie de Mirabeau, et aussi de partager une petite toune de circonstance, que j’aimerais tant faire écouter à mon député : http://www.youtube.com/watch?v=1X75FtTHp8U

    Bon printemps tout le monde!

  3. Éric Forbes Says:

    J’ai essayé de le lire, mais n’ai pas réussi à le terminer. Trop français peut-être ? Références de gens connus qui me sont inconnus, abréviations agaçantes(dst,tva,btp,cea,etc)qui brisent le rythme. Pourtant j’aime bien Manotti. DOA un peu moins.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :