Le retour du Bourbon Kid

Envie d’un petit meurtre à l’anglaise résolu à coups de cellules grises? Passez votre chemin. Prêts pour une lecture complètement déjantée? L’Oeil de la Lune est fait pour vous!

Sonatine nous avait déjà fait découvrir cet auteur anonyme avec Le livre sans nom sur lequel j’avais écrit:  « Il y a en trop, partout, et ça ne se raconte pas sans avoir l’air ridicule. » Ça se voulait un compliment et je le réitère.

Difficile de raconter l’histoire sans se perdre en route et ce n’est pas vraiment important d’ailleurs. Disons seulement que le soir d’Halloween, cinq ans après avoir massacré tout le monde au Tapioca Bar, le Bourbon Kid is back! Et il n’est pas content mais bon il n’est pas le seul, chacun a ses petits soucis. Il se retrouve confronté à des policiers un peu particuliers, à un pharaon momifié qui veut retrouver ses pouvoirs et à Jessica qu’il pensait pourtant avoir tué. Tous ou presque sont à la recherche de la pierre appelée l’Oeil de la Lune et du Graal pour devenir immortels et tout-puissants. Rien que du classique, quoi!

Que dire de plus? Il y aura des vampires, des loups-garous, des meurtres sacrificiels, des hectolitres de sang. Pas encore convaincus? Vous devriez. Ça ressemble à de la série Z et cela n’en est pas. C’est de la lecture jouissive comme un bon gros film: de l’action, de la vengeance, de l’humour et des références à la pelle. De quoi passer un excellent moment coupé du monde extérieur.

Pour ce livre-là, on oubliera un peu la psychologie des personnages, l’analyse sociétale et la noirceur de l’âme humaine. Pas qu’ils ne soient pas mauvais d’ailleurs, ils ne sont juste pas humains! Le but n’est pas là mais dans l’accumulation de violence, la profusion de personnages tous plus bizarres les uns que les autres, l’abondance d’action. Préparez-vous à être décoiffé, Santa Mondega n’est pas un paradis pour touristes mais un cauchemar absolu et on aime ça.

Le trait est tellement gros que ça en devient excellent. Notre Anonyme se joue des stéréotypes des genres pour nous donner un roman encore une fois tellement semblable et pourtant très original. On parle toujours des ressemblances avec le cinéma de Quentin Tarantino et c’est parfaitement justifié. « Jubilatoire » dit la quatrième de couverture? Exactement.

Encore un verre, Bourbon Kid?

L’œil de la Lune, Sonatine, 2011 (The Eye of the Moon, 2008) traduit de l’anglais par Diniz Galhos.

Publicités
Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes : ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

5 commentaires sur “Le retour du Bourbon Kid”

  1. Éric Forbes Says:

    Morgane, ma parole, tu es obsédée par les éditions Gallmeister ! L’oeil de la lune est chez Sonatine ! (Voir à la fin de ta critique) 😉

  2. Richard Says:

    Après avoir découvert avec jubilation « Le livre sans nom » et être encore surpris par « L’oeil de la lune », comment « L’Anonyme » réussira-t-il à nous accrocher avec son troisième « Bourbon Kid ?

    Est-ce le « Sonatine » déguisé en moustache qui t’a distrait ???

  3. Liceal Says:

    miam, je veux le lire. Ça me rappelle un p;eu Elmore Léonard, ou je suis à côté de la palque? euh de la plaque


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :