Et les prix polar alors?

Parce que bien sûr, vu mes lectures, ce sont plutôt ceux-là qui m’intéressent. Et justement l’association 813 a annoncé ses trophées 2010.

And the winners are:

Meilleur roman français: Bien connu des services de police de Dominique Manotti en Série Noire.

Meilleur roman étranger: Le camp des morts de Craig Johnson chez Gallmeister.

Meilleur essai: Dictionnaire des personnages de la littérature populaire du XIXe et XXe siècle, sous la direction de Stéfanie Delestré et Hagar Desanti.

Une excellente année pour Gallmeister côté prix donc et selon moi une très bonne récolte pour les autres aussi. J’avoue ne pas encore avoir lu le Dominique Manotti, il est dans ma bibliothèque attendant que je sois prête à affronter son côté noir et son réalisme. Quant au Dictionnaire des personnages de la littérature populaire du XIXe et XXe siècle, cela fait un moment qu’il me fait de l’œil. Un cadeau de noël peut-être.

Publicités
Explore posts in the same categories: News

Étiquettes : , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

6 commentaires sur “Et les prix polar alors?”

  1. Éric Forbes Says:

    Le Manotti est très bien, très noir, comme toujours chez l’auteure. D’ailleurs en mars paraitra un roman à quatre mains, celles de Manotti et DOA. Prometteur. Pour ce qui est du Johnson, je

  2. Éric Forbes Says:

    Mince, j’ai eu un problème technique… et je ne me souviens pas de ce que je voulais dire !

    • Morgane Says:

      ça te reviendra dans la nuit 🙂

      Pour le Manotti, pour être honnête, je l’ai commencé et j’ai trouvé le début génial mais trop noir pour le moment où je le lisais. Parce qu’il faut être d’humeur à se prendre ça dans les dents parfois. Mais je me suis promis d’y revenir. Et pour DOA et Manotti, ça promet.

  3. andré Says:

    Le dictionnaire est-il en vente au Québec?

    • Morgane Says:

      Bien sûr, il est édité au Seuil et on le trouve sans problème, n’importe quel bon libraire pourra le commander. Il se vend 49,95$ (on sent la libraire, là).

  4. Dialog Says:

    J’avais bien apprécié  » Le camp des morts  » et crois qu’il avait toutes les qualités nécessaires pour mériter un prix littéraire prestigieux : fluidité de l’écriture, facture poétique discrète mais constante, atmosphère géographique et sociale bien rendu, finesse de l’humour, personnages bien campés, dialogues pertinents et savoureux, etc.

    J’aimerais bien voir voir Les Anonymes de Ellory être couronné aussi. J’imagine que la saison des prix pour les polars de 2010 n’est pas terminée ni en France, ni aux USA. Nous avons là un chef-d’oeuvre de lucidité incisive à propos du système politique américain et par ricochet de toutes ces nations et hommes politiques qui se réclament de la Raison d’État pour se mêler unilatéralement des affaires des autres pays.

    Cette description concrète, faite au scalpel, du coeur quotidien anonyme qui gère la politique américaine extra et intra-muros vaut toutes les rhétoriques oratoires que la gauche pourrait faire de la pseudo démocratie qui a cours au pays de l’Oncle Sam.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :