Les brumes de l’alcool

Le Queensland en Australie, Brisbane sa capitale, ou comment des hommes avides de pouvoir peuvent pourrir un état et une ville. Cela, George ne le sait que trop bien pour l’avoir vu des années plus tôt et avoir été au centre de cela ou plutôt il s’en souvient vaguement car il a tout vécu à travers les brumes de l’alcool et les soûleries. Le scandale date de dix ans auparavant, au moment de la Grande Enquête. Elle a changé la face du Queensland, du moins en apparence. Elle a fait tombée des politiciens pourris, des flics corrompus, des patrons de bars et de bordels. Parmi tous ceux-là, les proches de George, ses partenaires de beuveries, son meilleur ami Charlie et sa femme May qui était aussi sa maîtresse.

Il s’est alors réfugié dans la montagne. Il a arrêté de boire et il essaye de vivre une vie tranquille avec un petit boulot de journaliste. Et pourtant, c’est le genre de passé qui vous rattrape toujours. Une nuit, un corps est découvert près du village. Il s’agit de Charlie, son associé d’autrefois, et il a été assassiné. En retournant à Brisbane pour organiser les funérailles, George va devoir affronter ses vieux démons et essayer de comprendre ce qui est arrivé.

Comme le titre l’indique l’alcool est au centre de ce polar, comment il façonne ceux qui succombent, comment on s’en sort ou pas. C’est l’alcool qui réunit pour la première fois les deux amis, c’est lui qui accroche May et c’est lui qui les entraîne vers l’illégalité. Le dernier verre de l’alcoolique n’est pas toujours vraiment son dernier, la tentation est là toujours très puissante et elle n’attend qu’un incident de parcours. Cela donne des passages très forts de débauches, de déchéances ou encore des combats internes qui peuvent se livrer pour lutter. Derniers verres, c’est le parcours d’un homme, ni héros, ni lâche tout à fait non plus. George oscille entre la fuite perpétuelle et l’affrontement. Il a vécu des années d’excès sans se poser de questions, en prenant ce qu’il voulait au passage. Pas un gros joueur, non, juste bien entouré, sans grande moralité ni loyauté même pour son meilleur ami. Le récit alterne entre le retour de George à Brisbane, son enquête et ses souvenirs de sa vie d’autrefois, comment ils en sont arrivés là.

Andrew McGahan écrit avec beaucoup de talent la déchéance de l’homme, les jeux de pouvoir et les interrogations personnelles. La tension est présente tout au long du roman, le suspense s’installe au fil de la lecture. C’est un roman très noir, il n’y a pas un personnage meilleur que l’autre, tous succombent à un moment donné et dans la majorité des cas, l’alcool est leur poison.

Même s’il s’agit d’un roman, McGahan s’est inspiré d’un fait authentique, l’enquête Fitzgerald, il nous transporte dans une région très éloignée de notre réalité et pourtant, la corruption peut être partout la même.

Une lecture très forte qui nous laisse l’impression d’une sale gueule de bois.

Derniers verres aura été mon étape pour l’Océanie dans le défi Littérature policière sur les 5 continents.

Andrew McGahan, Derniers verres, Actes Sud, 2007 (Last Drinks, 2000) traduit de l’anglais (Australie) par Pierre Furlan.

Publicités
Explore posts in the same categories: Défi littérature policière sur les 5 continents, Polar

Étiquettes : ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

5 commentaires sur “Les brumes de l’alcool”

  1. christophe Says:

    Et oui, vraiment un livre somptueux, que nous avions beaucoup poussé à la librairie. Actes Sud a aussi traduit un autre polar de lui, un truc très noir où il explique comment une démocratie, en privant régulièrement les gens de leurs libertés civiques, peut conduire à la dictature… Quand on voit ce qui se passe chez nous, ça fait peur… En tous cas, un auteur à suivre.

    • Morgane Says:

      J’ai bien l’intention de lire son roman suivant aussi. A mon tour de prendre le relais et de pousser Derniers verres en librairie.

    • Morgane Says:

      J’ai bien l’intention de lire son roman suivant aussi. A mon tour de prendre le relais et de pousser Derniers verres en librairie.

  2. cynic63 Says:

    Très engageant ce billet…J’attends que ma pile diminue et je m’attaquerai à ce roman


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :