Un privé à Poisonville

Tous les essais sur la littérature policière le soulignent: les premiers polars américains n’étaient pas particulièrement bien traduits et c’est un euphémisme. Détectives privés américains parlant comme des titis parisiens, argot local, on voulait se rapprocher du lecteur. On peut donc saluer l’initiative de Gallimard qui a fait retraduire entièrement Moisson rouge de Dashiell Hammett pour la Série Noire. Une bonne manière pour ceux qui avait déjà lu cette référence du roman noir de se rapprocher du texte original et pour ceux qui ne la connaissait pas de la découvrir.
Je ne l’avais pour ma part jamais lu même s’il était depuis longtemps sur ma liste de lectures à venir. Je n’ai pas été déçue, c’est exactement ce que je m’imaginais, le ton encore plus juste.moisson rouge
Une petite ville des États-Unis, Personville, surnommée Poisonville bien sûr. Un vieux magnat qui possède la presque totalité de la ville. Des truands mafieux qui l’aident à faire régner l’ordre en prenant leur part. Le décor est planté, il ne manque définitivement que le détective privé aux méthodes bien personnelles pour terminer le tableau. Et une fille, of course, on ne pourrait faire sans.
C’est classique, bien sûr. Mais avant lui, ça ne l’était pas. Il s’agit du premier roman noir tel qu’on le connaît aujourd’hui. Hammett installe une atmosphère malsaine par touches lentes. Au début, tout va bien, enfin presque, une simple enquête dans une petite ville, mais la tension monte et la violence augmente. Dans la société capitaliste des années vingt aux États-Unis, la fin justifie les moyens et le détective privé n’est pas le dernier à utiliser la méthode. Société sans morale, justice corrompue, appât du gain, pouvoir par la violence, tout y est. Et face à cela, un héros sans nom, qui va devenir le modèle du polar et de roman noir, le détective privé, défenseur de la veuve et l’orphelin mais selon ses propres termes, pas toujours très moraux non plus.
Difficile de dire plus sur Dashiell Hammett et Moisson rouge, d’autres l’ont décortiqué bien mieux avant moi et les amateurs l’avait lu il y a longtemps. Mais il n’est jamais trop tard pour ceux qui ne connaissent pas encore!

interrogatoiresEt pour mieux faire le tour de l’auteur et en découvrir une autre facette, on peut aller du côté de chez Allia qui vient de publier les interrogatoires que celui-ci a subi sous le maccarthysme. En tant que président du Civil Rights Congress de New York, une organisation communiste, il sera convoqué deux fois dont la deuxième devant McCarthy lui-même et condamné à 6 mois de prison. La seule défense qu’il envisage est claire, il ne sera pas un délateur: «  Je refuse de répondre à cette question car la réponse pourrait me porter préjudice. Je fais valoir mes droits garantis par le Cinquième amendement. »
Il y a beaucoup d’émotions dans cette simple phrase.

Dashiell Hammett, Moisson rouge, Série Noire, 2009 (nouvelle traduction) (Red Harvest, 1929) traduit de l’anglais par Natalie Beunat et Pierre Bondil.
Dashiell Hammett, Interrogatoires, Allia, 2009, traduit de l’anglais par Natalie Beunat.

Publicités
Explore posts in the same categories: C'est du noir

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

6 commentaires sur “Un privé à Poisonville”

  1. Éric Says:

    À signaler que la collection Quarto publiera en octobre l’intégrale des romans de Hammett dans une toute nouvelle traduction.

  2. cynic63 Says:

    A priori et sauf contre-temps de dernière minute, la traductrice devrait venir dans une petite librairie de ma ville (Clermont Ferrand) nous parler de son travail. J’attends cela avec impatience, surtout après l’avoir entendu sur cercle polar…

    • Morgane Says:

      Ça doit être passionnant si elle explique comment adapter à un lectorat français sans dénaturer le texte original et pourtant en se faisant comprendre du plus grand nombre. Il faudra nous raconter.

  3. cynic63 Says:

    Je ferai bien un petit post sur le sujet. Si tu ne l’avais pas entendue sur « Cercle Polar », c’est par là:
    http://www.telerama.fr/livre/cercle-polar-25-special-dashiell-hammett,44166.php


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :