Ouverture de la chasse

Allez, autant que je l’avoue parce que de toute façon, ça va se voir assez vite: j’ai tendance à perdre tout jugement quand Jo Nesbø est dans le coin (enfin pas vraiment lui, juste ses livres, mais lui me ferait sûrement le même effet). Je l’aime et voilà, tout est dit. J’ai donc dévoré Chasseurs de têtes en bonne fan que je suis. Mais bon, si j’écris des critiques, c’est justement chasseurs de têtespour l’être, critique. Donc, je me fais violence et j’y vais. Ce n’est clairement pas son meilleur roman. Et puis en plus, il est où Harry? Rends-le moi, je l’aime aussi. Ça manque à mon avis de la touche sociale qui est là d’habitude, des polars ancrés dans une réalité norvégienne, la critique d’une société. Mais bon, c’est quand même du très bon comparé à d’autres, y’a pas à discuter là-dessus.

Roger Brown est un chasseur de têtes et pas n’importe lequel, le meilleur dans son domaine. Il a aussi une femme magnifique à qui il a offert une galerie d’art pour occuper son temps. La réussite, quoi! Surtout pour un fils de chauffeur en mal de reconnaissance sociale. Sauf que les vernissages champagne-petits-fours et la maison-design, ça coûte cher. Pour renflouer les comptes, Roger visite discrètement les maisons de ses clients pour s’approprier leurs oeuvres d’art. Jusqu’à ce que bien sûr, le client soit trop parfait, son tableau bien trop beau et le chasseur n’est plus celui qu’on pense. Ça va vite et le suspense est là.  Roger doit se battre pour sa vie et il se découvre des forces qu’il ne se connaissait pas. Mais qui est Clas Greve et que veut-il vraiment de lui? Ça donnerait probablement un excellent film, rapide, simple et efficace. Et puis bien sûr la fin, ah oui, la fin. Jo Nesbø arrive toujours à m’avoir. Je sais bien qu’il va me surprendre, je m’y prépare, je suis prête et rien n’y fait, il me surprend encore. Et j’adore ça.

Et puis, oui, merci Série Noire pour la couverture, j’aime vraiment bien le nom de l’auteur sur l’étiquette de la chemise, très classe, comme Roger Brown.

Jo Nesbø, Chasseurs de têtes, Gallimard, Série Noire, 2009 (Hodejegerne, 2008) traduit du norvégien par Alex Fouillet.

Publicités
Explore posts in the same categories: Polar

Étiquettes :

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

One Comment sur “Ouverture de la chasse”

  1. Dialog Says:

    Je n’ai presque pas de souvenirs de  » L’homme chauve souris « .
    C’est le seul que j’ai lu de cet auteur. Il y a plus de quatre ans. J’ai souvent vu en vitrine ou sur les tables ses autres romans. J’ai toujours hésité à relire du Nesbo.

    La seule mémoire qui me reste de ce polar est celle d’un héros un peu farfelu qui se met soudainement à tout comprendre de façon presque extra-lucide à partir du moment où il est vraiment imbibé d’alcool. Bizarre !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :