Au-delà de la mort

Lors de la rencontre avec François Guérif, l’éditeur de Rivages, celui-ci avait parlé avec passion d’un titre qui venait de paraître en France, de sa rencontre avec l’auteur, du texte qui l’avait frappé. J’étais donc plutôt très curieuse quand j’ai reçu Le résurrectionniste de James Bradley. Et je comprends maintenant ce que voulait dire l’éditeur. Ce fut une surprise, un choc, une incursion dans l’âme humaine dans sa forme la plus noire.

Le résurectionniste

On est en 1826 et on suit le jeune Gabriel Swift, tout juste arrivé à Londres pour suivre son apprentissage chez un grand chirurgien. Mais pour étudier la médecine, encore faut-il des corps, ce qui est à l’époque encore illégal. Les chirurgiens font alors appel aux services des résurrectionnistes, ces pilleurs de tombes capables de leur amener des corps encore frais pour pouvoir les disséquer et les étudier. C’est dans cet univers que Gabriel va évoluer, tout en découvrant Londres, c’est dans cet univers également qu’il va se perdre, se rapprochant peu à peu du côté sombre de la ville et du commerce des corps. C’est une descente en enfer où l’on passe du désir de soigner qu’exige le métier de chirurgien à celui de tuer, de l’amour au besoin de posséder, du plaisir au manque.

La voix de Gabriel raconte et elle est la force de ce roman. C’est l’innocence du début, la découverte d’un autre monde, l’appel de la jouissance et du plaisir, sans sentir vraiment la perte de quelque chose, jusqu’à ce qu’il soit trop tard, qu’il n’y ait plus ni morale, ni justice. On se retrouve sans vraiment y être préparé au plus profond du gouffre, où la vie ne vaut plus que quelques pièces et où enfin, elle ne vaut plus rien.
L’absence de sentiments dans les descriptions de dissection les rend plus fortes, plus impressionnantes, l’odeur des corps nous atteint de plein fouet, on se sent sale, souillé.
Est-il vraiment possible de remonter vers le monde des humains après cela? Seule une résurrection le permettrait peut-être … et encore.

James Bradley, Le résurrectionniste, Rivages/Thriller, 2009 (the resurrectionist, 2007) traduit de l’anglais par Benjamin et Julien Guérif.

Publicités
Explore posts in the same categories: C'est du noir

Étiquettes : ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

6 commentaires sur “Au-delà de la mort”

  1. Liceal Says:

    Actu-du-noir en parle aussi. Décidément, j’ai encore plus envie de lire lorsque tu en parles.
    Il y a le wifi dans les volcans et les geysers?;-)

  2. CaR0 Says:

    Morgane, tu as vraiment le don de donner le goût de lire les livres, toi. Non, mais, celui-là, je le retiens. Merci de la suggestion!

  3. Marie-Douce Says:

    Oui… je réitère la question de Liceal : il y a du wifi même sur les plages de sable noir?

    • Morgane Says:

      Réponse un peu tardive car non, il n’y a pas le wifi sur les plages de sable noir. Mais qui a besoin de communiquer quand il a cette confrontation avec la nature brute d’Islande. C’est une expérience silencieuse. Je raconterai bien sûr 🙂

  4. jeanjean Says:

    Bonjour,
    je viens de découvrir ton blog, sympa le bandeau. Tant mieux pour le polar, plus on est de fous…

    Concernant Le Résurrectionniste, je suis resté sur ma faim, gêné par la distance qu’installe l’auteur avec ses personnages et les événements. Mais son écriture est très intéressante et je lirai de nouveau cet auteur, pourvu qu’il continue à être publié en France.
    @+

    • Morgane Says:

      Vu la manière dont en parlait François Guérif, je pense que Rivages fera le nécessaire pour continuer de le publier. A surveiller de près à mon avis.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :